Paperblog

vendredi 3 juillet 2015

Grèce, Euro, Tsipras : La guerre de Troie aura-t-elle lieu ?


        
Ulysse vu par Hollywood: grave!
Il paraît qu’en plus de la démocratie, les grecs anciens ont inventé, la tragédie, la comédie, la philosophie, l’histoire, la médecine etc...J’en passe et des meilleurs, et parmi le meilleur, il y a cette série en 24 saisons, à faire mourir de jalousie n’importe quel scénariste d’Hollywood – 24 saisons, vous vous rendez compte - l’Iliade et l’Odyssée. Ecrite par un certain Homère ( pas Omer),  ce sont les aventures d’Ulysse, un « warrior », parti avec ses keums de la même téci, en guerre contre une autre téci, Troie, où s’était réfugié Pâris, un boloss (malgré son nom, sûr qu’il n’était pas supporter du PSG, d’ailleurs, il y a un ^ sur le a ). Pâris avait osé pécho la meuf à Ménélas, un des kings de la téci. L’affront ! Evidemment tous les potos de Ménélas - on les appelait la bande des grecs -  étaient devenus tellement vénères, qu’ils avaient décidé d’aller niker Troie.
Mais après la victoire, voitures qui brûlent, magasins dévalisés, viols et tournantes, Ulysse se paume sur le chemin du retour - L’interconnection SNCF – RATP devait être en panne en Gare du nord - S’en suit une succession de galères ( c’est le cas de le dire, puisqu’à l’époque on n’avait pas encore inventé l’auto-partage ) plus ouf les unes que les autres, laissant Game of Thrones ou le Seigneur des Anneaux loins derrière: 
Il doit échapper à Circée, une magicienne autrement plus perverse que la chancelière Merkel. A Djerba, il manque de se faire retourner la tête par une dangereuse bande de drogués, les lotophages, qui ne sont pas des bouffeurs de lotos, mais fabriquent des boissons zarbi. Il tombe sur des fous furieux, les Lestrygons, sans doute, des ancêtres de Daesh, ils ne décapitent pas leurs victimes, ils les bouffent !
Mais le plus dingue, c’est qu’à la fin: Happy end ! Sa femme, Pénélope, qui est une championne de macramé, l’attend toujours, et après 10 ans, elle a été fidèle !
En ce qui concerne l’imagination et la créativité, les grecs, ils sont trop forts. Certes, c’était il y a 2500 ans, mais vous savez quoi ? On parle encore aujourd’hui d’Homère et des autres scénaristes d’Athènewood. La preuve : On en a même fait un « remake », il y a quelques années, avec Brad Pitt, Diane Kruger et Sean Bean dans le rôle d’Ulysse.
Dimanche soir, la guerre de Troie aura-t-elle lieu ? Tant de Cassandres nous l’annoncent – le souhaitent ?
« Moi, je suis comme un aveugle qui va à tâtons.
Mais c’est au milieu de la vérité que je suis aveugle.
Eux tous voient, et ils voient le mensonge.
 Je tâte la vérité. »
Une réplique mise dans la bouche de Cassandre par Jean Anouilh, qui n’était pas grec, maïs français, et que beaucoup de nos commentateurs et experts en Grèce devraient peut-être méditer...
Nous vivons une e-poque formidable.

2 commentaires:

Valérie Guillevic a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Valérie Guillevic a dit…

J'ai entrepris récemment la lecture du dernier livre de Jean-Claude Carrière, Croyance (Odile Jacob 2015), il y écrit sur les croyances qu'elles soient politiques ou religieuses d'ailleurs:

"Nous devons à présent nous faire une raison. A l'issue d'un long combat, la croyance, aujourd'hui, l'emporte sur la connaissance."
Selon lui « La croyance, cette certitude sans preuve, pouvons-nous l'approcher, la connaître ? Qu'est-elle exactement ? Une rébellion individuelle, ou au contraire un ralliement à un groupe, à une secte ? Un réconfort ou une aberration ? Alors que nous pensions, depuis le siècle dit “des Lumières”, aller vers plus de clarté, plus de maîtrise sur le monde et sur nous-mêmes, nous voyons que la croyance a marché près de nous au même pas que la connaissance, et que l'obscurité nous accompagne toujours, avec son cortège de rage et de sang. Nous voyons qu'une vieille alliance, que nous espérions dissipée, s'est renouée entre la violence et la foi ».

Archives du blog