Paperblog

dimanche 19 juillet 2015

La folie des Minions: Encore un coup de Daesh ?



Ils sont primitifs, moches, méchants et ne rêvent que d’une seule chose : Servir le plus méchant de tous les méchants, l’ignoble GRU.
Vous pensez qu’il ne s’agit que de la dernière débilité pour enfants, ados, post-ados, adultes qui refusent de vieillir, et vous avez raison. Et il s’agit bien d’une folie mondiale, parce que David Beckham – vous vous rendez compte Beckham ! – s’en est fait tatoué un – de minion – pour sa fille de 3 ans. So cute, banana !
Mais les minions sont plus que ça. Il sont, n’ayons pas peur des mots, le dernier avatar du complot ourdi contre la civilisation, donc, des alliés objectifs, voire même des instruments de Daesh.
Exagération ?
Contrairement à Bambi, à Harry Potter ou aux Pokemons, ce sont des êtres unicellulaires, on ne peut pas tomber plus bas. Au premier coup d’œil, ces capsules jaunes, tantôt borgnes, tantôt binoclardes, pourraient être une incitation à la tolérance, à l’acceptation de la différence , y compris , à l’égard d’organismes primitifs: Tous égaux, y compris les amibes ! Mais regardez bien : S’ils n’étaient pas jaunes, mais noirs, que verriez-vous ? Des voiles intégraux, des burkhas, qui font disparaître tout visage, toute sexualisation.
Et puis, quelle langue partent-ils ? Rien à voir avec les langues sophistiquées des peuples du Seigneur des Anneaux, comme l’elfe que nous aimerions tous  apprendre. Non, les minions parlent un charabia, un peu comme l’anglais du monde d’aujourd’hui, parlé aussi bien au Nigeria en Inde ou en Chine, et qui est devenu un sabir universel, informe où émergent des expressions, comme « banana ». Shakespeare s’en retourne dans sa tombe, paraît-il !
Indice plus accablant: Quel est l’objectif, la raison de vivre des minions : Trouver le plus méchant des méchants pour le servir …Est-ce cet idéal que nous allons inculquer aux générations de demain ? Pas étonnant qu’ensuite nos « jeunes » se fassent manipuler par la première idéologie venue, le premier intégriste de base des Daesh et autre Etat Islamique.
Il paraît que même le père des « Minions », le français Pierre Coffin, un français, cocorico – et les spécialistes de la 3D, le studio Mac Guff, une société française  sise à Paris - re-cocorico- sont un peu affolés par ce succès et cette surexploitation marketing des créatures qu’ils ont créées.
On les comprend : Banana !
Nous vivons une e-poque formidable !

Aucun commentaire:

Archives du blog