Paperblog

samedi 30 janvier 2016

Christiane Taubira : Rayi chyen mé di so dan blan

-->

Christiane Taubira, pourquoi tant de haine(s) ? Un « dolo », un proverbe guyanais dit « Rayi chyen mé di so dan blan » « il faut savoir reconnaître les qualités, même aux personnes  que l’on déteste ».:
Et foutre que Taubira est détestée ! Une détestation qui va au-delà de la simple opposition politique, de l’hostilité idéologique : Pour toute une partie de la classe politique comme de l’opinion, Taubira est une tête de Turc – Tête de Turc ; réfléchissons à cette expression ! – et cela est louche, et cela révèle une petite musique raciste, qui ne dit pas son nom au grand jour.
Car il y a ces réflexions entendues ici ou là, café, métro, bus : « Elle est partie la guenon ? »  Oui, bien sûr, c’est nul. Mais voilà, ça existe et plus souvent que de raison, et cela devrait nous mettre en garde sur les commentaires négatifs comme positifs au sujet de l’ancienne Garde des Sceaux. Nous ne sommes pas « objectifs », mais bien sujets à des préjugés, des clichés vieux comme…le racisme.
Il y a aussi ces commentaires tout en nuances : « La pire ministre de la V ème République ? » Ah ! bon, vous en êtes sûr ? Pire que Rachida Dati, par exemple ?  Qui posait en robe Dior pour la couverture de Paris-Match, avant d’aller visiter les prisons ! Pire que…? Excusez, mais  la liste des ministres incompétents est trop longue.
Il y a Taubira accusée d’être« laxiste ». Mais qu’a-t-elle réformé, qu’a-t-elle fait en 3 ans ? Sa grande loi sur la Justice, sa grande réforme pénale sont toujours « à venir » et ne viendront jamais. Et puis doit-on imputer au Ministre de la Justice les décisions prises par les juges indépendants ? On ne peut pas dire « Les juges doivent être indépendants » et vouloir intervenir dans leurs décisions.
Ce que l’on peut critiquer c’est bien qu’en matière de justice comme dans beaucoup de domaines, « le changement, c’est maintenant » n’était qu’un slogan de campagne.
Depuis 3 ans, depuis même 8 ans, que sont devenus les projets de réformes de l’instruction, de la détention provisoire, de la préventive ? Comme si le scandale d’Outreau n’était pas passé par là, ni la commission d’enquête parlementaire dirigée à l’époque par le député PS André Vallini.
Nos prisons sont toujours surpeuplées et dans un état qui nous fait honte : Près de deux mille prisonniers obligés de coucher par terre sur des matelas ? En France, en 2016 ! Fallait-il donc rayer d’un trait de plume la construction de 10 000 places de prison supplémentaires, parce que prévues par l’ancien gouvernement et financées par un partenariat public privé, et ça, il y a quelques années encore, c’était « sale » aux yeux de la gauche.
Il y a aussi Taubira, détestée parce que icône du mariage pour tous. Comme si elle avait été une militante de tout temps des droits des gays, lesbiens et transgenres. Taubira avait plutôt écrit « L’esclavage expliquée à ma fille », pas « L’homosexualité expliquée à mon fils »… Elle avait tout simplement trouvé cette promesse dans son portefeuille de Ministre, promesse qui ne coûtait rien, et qui en plus était adoptée d’avance, mathématiquement, puisque les députés en sa faveur étaient très largement majoritaires. Donc, beaucoup de bruit pour une loi qui aujourd’hui n’est plus remise en question par personne ou presque (cf par Sarkozy) y compris à l’extrême-droite. Une loi qui n’a pas été la révolution sociétale annoncée. Ce n’est ni l’abolition de la peine de mort, ni l’autorisation de l’IVG. Le nombre de citoyens concernés est réduit et après un phénomène de rattrapage les deux premières années, le nombre de mariage entre personnes du même sexe est même en chute libre. Mais une des rares lois « marqueurs de gauche » comme on dit, du, pour l’instant, maigre bilan du quinquennat Hollande. Quelle ironie d’ailleurs de voir Taubira devenue « icône de la gauche ». Quand on pense à quel point  elle avait été clouée au pilori, parce que en 2002, accusée d’avoir perdre Jospin. Alors que sa candidature - la première candidature d’une noire à se présenter à une Présidentielle, nous pourrions être fière en cela de nos institutions! – avaient obtenu moins de suffrages que celles de Chevènement ou des Verts.
En fait ce qui doit en agacer beaucoup, c’est que Christiane Taubira n’entre pas dans les clichés doudouistes que nous aimons bien avec nos élus d’Outre-Mer. Christiane Taubira n’est pas folklorique. Elle serait beaucoup moins détestée si elle « jouait le jeu », si elle se mettait à zouker sur fond de Compagnie créole. Finalement de « nos noirs », nous attendons quoi ? Qu’ils courent vite, tirent de beaux coups francs, nous rapportent des médailles aux J. O ? Mais pas qu’ils nous battent sur le plan du brio, de l’éloquence, de l’érudition, de la mémoire, C’est de ce même préjugé dont souffrent tous les antillo-guyanais, ingénieur, médecin, professeur, avant même qu’ils aient ouvert la bouche , ils sont classifiés : « doudou ». Pas méchants ( sous-entendu, pas comme les arabes !) mais indolents…
Elle manquera à la République, car elle est un exemple, trop rare, qu’une femme, qu’une noire, qu’une guyanaise peut arriver aux plus hautes fonctions.
A l’Assemblée nationale, son intelligence, ses talents d’oratrice vont manquer. Quant à la Justice, nous ne demandons qu’à être surpris par le nouveau ministre, mais … « le changement, c’est maintenant ! » LOL !
Pour l’image du gouvernement n’en parlons pas, c’est la cata. Car Christiane Taubira a choisi sa sortie – la classe, et ce coup de repartir en vélo !- Cela a beaucoup plu en Guyane, où l’on connaît bien Christiane, où on l’aime bien mais pas au point peut-être de voter pour elle comme Maire de Cayenne ou Présidente de région ! On en a même fait un petit clip mi français mi créole, sur le thème : « Je suis venu te dire que je m’en vais ». Avec en final une « mazouk » de carnaval ( qui vient de commencer en Guyane) et dont les paroles sont : « Aujourd’hui, je réfléchis ; A la philosophie de la vie » ;
Après le carnaval, croire que Christiane Taubira ira se fourvoyer dans le marigot des prochaines échéances politiques françaises, c’est mal la connaître.
En revanche, il y aura des livres, forcément, où il n’y aura pas de cancans, pas de coulisses, pas de révélations croustillantes sur qui couche avec qui, mais de vraies critiques politiques. Comme le dit un autre proverbe guyanais Lang a roune bon baton ! La langue peut aussi être une très bonne arme.
Nous vivons une e-poque formidable

video

-->

Aucun commentaire:

Archives du blog